Ouvrir le menu principal

Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 1.djvu/402

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



TRYGÆOS, à l’Esclave.

Avec la libation, prends ceci au plus vite.


HIÉROKLÈS.

Personne ne me donnera d’entrailles ?


TRYGÆOS.

Il nous est impossible de t’en donner « avant que le loup ne s’accouple avec la brebis ».


HIÉROKLÈS.

Je t’en prie à genoux.


TRYGÆOS.

C’est en vain, mon cher, que tu supplies. « Tu ne rendrais jamais lisse la peau rude du hérisson. » Voyons, spectateurs, régalez-vous de ces entrailles avec nous.


HIÉROKLÈS.

Et moi ?


TRYGÆOS.

Mange la Sibylle.


HIÉROKLÈS.

Non, par la Terre ! vous ne mangerez pas cela à vous seuls ; j’en prendrai ma part : c’est du bien commun.


TRYGÆOS, à l’Esclave.

Frappe, frappe ce Bakis.


HIÉROKLÈS.

Je prends à témoin…