Ouvrir le menu principal

Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 1.djvu/397

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



TRYGÆOS, bas à l’Esclave.

Fais rôtir en silence ; tiens-le loin du râble.


HIÉROKLÈS.

Pour qui ce sacrifice ? Ne le direz-vous pas ?


TRYGÆOS, à l’Esclave.

La queue est-elle en bon état ?


L’ESCLAVE.

Très bien, ô vénérable Paix chérie.


HIÉROKLÈS.

Voyons maintenant les prémices, et donne-m’en un morceau.


TRYGÆOS.

Il faut d’abord que ce soit mieux rôti.


HIÉROKLÈS.

Mais si, vraiment, c’est rôti à point.


TRYGÆOS.

Tu te mêles de bien des choses, qui que tu sois. (À l’Esclave.) Où est la table ? Apporte les libations.


HIÉROKLÈS.

La langue se coupe à part.


TRYGÆOS.

Nous nous le rappelons. Mais sais-tu ce que tu devrais faire ?