Ouvrir le menu principal

Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 1.djvu/390

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LE CHŒUR.

Un bœuf ? Pas du tout, à moins qu’il ne faille beugler au secours !


TRYGÆOS.

Que diriez-vous d’un gros cochon gras ?


LE CHŒUR.

Non, non !


TRYGÆOS.

Pourquoi ?


LE CHŒUR.

De peur des cochonneries de Théagénès.


TRYGÆOS.

Que voulez-vous alors des autres offrandes ?


LE CHŒUR.

Une brebis.


TRYGÆOS.

Une brebis ?


LE CHŒUR.

Oui, de par Zeus !


TRYGÆOS.

Mais tu prononces ce mot à l’ionienne.


LE CHŒUR.

C’est à dessein ; car si, dans l’assemblée, quelqu’un dit qu’il faut faire la guerre, tous les assistants, pris de peur, bêleront à l’ionienne : « Oï ! »