Ouvrir le menu principal

Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 1.djvu/382

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


torrent qui grossit, l’odeur d’un phoque, les testicules malpropres d’une Lamia et le derrière d’un chameau. À la vue de ce monstre je n’ai pas eu peur, mais je lui fis face, combattant sans relâche pour vous et pour les autres îles. À vous aujourd’hui de m’en savoir gré et de vous en souvenir. Jadis, en effet, dans la joie du succès, je n’ai point parcouru les palestres, pour corrompre les jeunes gens, mais, emportant mon bagage, je me suis retiré tout de suite, après avoir causé peu de chagrin, beaucoup de gaieté et fait en tout mon devoir.

Aussi dois-je avoir pour moi les hommes et les enfants : les esclaves mêmes, nous les invitons à contribuer à notre victoire. Car, si je suis vainqueur, chacun dira à sa table et dans les banquets : « Offre au chauve, donne au chauve quelque friandise ; ne refuse rien au plus noble des poètes, homme au large front. »

Muse, toi qui as repoussé la guerre, viens te mêler aux danses avec moi, ton ami, célébrant les noces des dieux, les festins des hommes et les banquets des Heureux : c’est de cela que, depuis longtemps, tu as souci. Si Karkinos se présente avec son fils pour danser, ne l’admets pas, fausse-leur compagnie ; mais songe que ce sont tous des cailles domestiques, des danseurs au cou long et étroit, des nains, des raclures de crottes de chèvres, des poètes à machines. Le père disait, après un succès inespéré, que son drame fut, le soir, étranglé par un chat.

Il faut ainsi que le poète habile chante les hymnes populaires des Kharites à la belle chevelure, lorsque l’hirondelle printanière gazouille sur la branche, tandis que ni Morsimos, ni Mélanthios ne trouve de chœur ; ce dernier m’a fait entendre sa voix aigre lorsque son père et lui eurent un chœur tragique, tous deux Gorgones vo-