Ouvrir le menu principal

Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 1.djvu/381

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


garder, vu que c’est autour de la scène particulièrement que la foule des voleurs a coutume de rôder et de faire de mauvais coups. Veillez-y donc avec courage.

Et nous, exposons aux spectateurs la voie que suivent nos ouvrages, et quelle en est l’intention. Il faudrait voir fustiger par les arbitres tout poète comique qui se louerait lui-même sur la scène dans les anapestes de sa parabase. Or, s’il est juste, fille de Zeus, d’honorer celui qui s’est fait le meilleur et le plus habile de tous les comiques, notre auteur croit avoir droit à de grands éloges. D’abord, il est le seul qui ait forcé ses rivaux à cesser de rire sans cesse des haillons, et de faire la guerre aux poux. Ces Hèraklès qui pétrissent, ces meurt-de-faim, il les a bannis et flétris le premier ; il a mis à l’écart les esclaves fuyards, trompeurs, battus et introduits par eux tout en larmes, à seule fin et exclusivement pour qu’un camarade se moque de leurs coups, et leur dise : « Malheureux, qu’est-il arrivé à ta peau ? Est-ce qu’une nombreuse armée de hérissons est tombée sur tes reins et a mis ton dos en coupe ? » Supprimant ces turpitudes, ces lourdeurs, ces bouffonneries ignobles, il nous a créé un grand art, bâti un palais aux tours élevées, à l’aide de belles paroles, de pensées et de plaisanteries, qui ne sentent pas l’Agora. Jamais il n’a mis en scène de simples particuliers, ni des femmes ; mais, avec le courage de Hèraklès, il s’est attaqué aux plus grands monstres passant à travers les odeurs fétides des cuirs et les menaces boueuses. Oui, le premier entre tous, je lutte contre la bête aux dents aiguës, dans les yeux de laquelle luisent des rayons terribles comme les yeux de Kynna, et dont les cent têtes sont léchées en cercle par des flatteurs, gémissant autour de son cou, ayant la voix redoutable d’un