Ouvrir le menu principal

Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 1.djvu/336

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XANTHIAS.

Un seul que voici.


PHILOKLÉÔN.

Et quel est le malheureux ?


XANTHIAS.

Le second fils de Karkinos.


PHILOKLÉÔN.

Je n’en ferai qu’une bouchée. Je l’anéantirai sous une emmélie de coups. En fait de rhythme, il n’y entend rien.


XANTHIAS.

Mais, malheureux, il y a un second tragique de la dynastie des Karkinos, qui se présente : c’est le frère de l’autre.


PHILOKLÉÔN.

De par Zeus ! j’en fais mon dîner.


XANTHIAS.

Mais, de par Zeus ! tu n’auras que des cancres : voici encore un troisième Karkinos.


PHILOKLÉÔN.

Qui est-ce qui rampe donc ainsi ? une écrevisse ou un faucheux ?


BDÉLYKLÉÔN.

C’est un pinnotère, le plus petit de sa race, celui qui fait de la tragédie.