Ouvrir le menu principal

Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 1.djvu/127

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



KLÉÔN.

S’il a jamais paru un homme qui fût un meilleur défenseur de Dèmos et un plus grand ami que moi, je veux y engager ma tête.


LE MARCHAND D’ANDOUILLES.

Tu l’aimes, toi qui, le voyant habiter dans des tonneaux, des nids de vautours, des tourelles, n’en as pas eu pitié, depuis huit ans, mais l’as tenu enfermé et comprimé. Lorsque Arkheptolémos t’apportait la paix, tu l’as rejetée, chassant de la ville, à coups de pied au derrière, la députation qui proposait la trêve.


KLÉÔN.

C’était pour qu’il commandât à tous les Hellènes, car il est dit dans les oracles qu’il recevra un jour, en Arkadie, trois oboles à titre d’hèliaste, s’il a quelque patience. Et moi, je ne cesserai de le nourrir et de le soigner, cherchant, par le bien ou par le mal, à lui faire avoir son triobole.


LE MARCHAND D’ANDOUILLES.

Non, par Zeus ! tu ne songeais pas à le rendre maître de l’Arkadie, mais plutôt à rapiner toi-même, et à rançonner les villes. Tu veux que Dèmos, perdu dans la guerre et dans les brouillards des fourberies que tu machines, n’ait pas les yeux sur toi, mais que, pressé par la nécessité, le besoin, l’attente de son salaire, il tende la bouche vers toi. Or, si quelque jour, retournant aux champs vivre en paix, se réconfortant de grains de froment grillés, et revenant au bon moment à ses olives, il reconnaît de quels biens l’a privé ta solde misérable, il viendra, paysan fa-