Ouvrir le menu principal

Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 1.djvu/120

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


besoin de traités ? Que la guerre suive son cours ! » Les Prytanes crient de lever la séance, et chacun de sauter par-dessus les barrières de tous les côtés. Moi, je cours acheter la coriandre et tout ce qu’il y a de ciboules sur l’Agora, puis j’en donne à ceux qui en ont besoin pour assaisonner leurs anchois, le tout gratis, et afin de leur être agréable. Tous m’accablent d’éloges, de caresses, si bien que j’ai dans ma main le Conseil entier pour une obole de coriandre, et me voici.


LE CHŒUR.

Tu as agi dans tout cela comme il faut quand on a pour soi la Fortune. Le fourbe a trouvé un rival mieux pourvu que lui de fourberies, de toutes sortes de ruses, de paroles décevantes. Mais fais en sorte de terminer la lutte à ton avantage, sûr d’avoir en nous des alliés dévoués depuis longtemps.


LE MARCHAND D’ANDOUILLES.

Voici le Paphlagonien qui s’avance, poussant la vague devant lui, troublant, bouleversant tout, comme pour m’engloutir. Peste de l’effronterie !





KLÉÔN.

Si je ne t’extermine, pour peu qu’il me reste de mes anciens mensonges, que je m’en aille en morceaux !


LE MARCHAND D’ANDOUILLES.

Je suis ravi de tes menaces, je ris de tes bouffées de jactance, je danse le mothôn, et je chante cocorico !