Ouvrir le menu principal

Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 1.djvu/116

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vous renvoyait régalés, à peu de frais, pétrissant de sa bouche délicate les pensées les plus ingénieuses ! Et cependant il s’est maintenu seul, tantôt essuyant une chute, tantôt n’en éprouvant pas.

Ces craintes retenaient toujours notre poète ; et il disait souvent qu’il faut être rameur, avant de prendre en main le gouvernail ; avoir gardé la proue et observé les vents, avant de diriger soi-même le navire. Pour tous ces motifs, dignes d’un homme réservé, qui ne se lance pas follement dans les niaiseries, soulevez pour lui des flots d’applaudissements, faites bruire sur onze avirons les acclamations glorieuses des Lénæa, afin que le poète s’en aille joyeux, ayant réussi à son gré, et le front rayonnant de bonheur.

Dieu des chevaux, Poséidôn, à qui plaît le hennissement sonore des coursiers aux sabots d’airain, et l’essor des trières salariées aux éperons noirs, et la lutte des jeunes gens sur leurs chars magnifiques et ruineux, viens ici vers nos chœurs, ô souverain au trident d’or, roi des dauphins, dieu du Sounion et du Géræstos, fils de Kronos, ami de Philémôn, et de tous les autres dieux le plus cher aux Athéniens à l’heure présente.

Nous voulons chanter la gloire de nos pères, parce qu’ils furent des hommes dignes de cette terre et du péplos, toujours vainqueurs dans les combats terrestres et navals, honorant leur cité. Jamais aucun d’eux, en voyant les ennemis, ne les a comptés, mais leur cœur était tout prêt à combattre. Si l’un d’eux tombait sur l’épaule, dans une mêlée, il s’essuyait, riait de sa chute, et revenait à la charge. Jamais un stratège, en ces temps-là, n’aurait demandé à Kléænétos le droit d’être nourri. Aujourd’hui, si l’on n’obtient pas la préséance et le droit à la nourriture,