Ouvrir le menu principal

Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 8.djvu/414

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


bien organisé ou qui aspire à l’être, la magistrature forme une autorité essentielle dans l’État, que la constitution la qualifiait, de pouvoir judiciaire, peut-être aurait-il reconnu qu’elle ne devait pas être assimilée aux autres administrations.

Mais, que disons-nous ? Ce fut probablement à cause même de cette position constitutionnelle, que Boyer, différant beaucoup en cela de Pétion, voulut la réduire à ce rôle inférieur ; et à ce sujet, il sera quelquefois l’objet de notre critique dans sa longue administration : il avait l’esprit trop éclairé, pour ne pas encourir les reproches qu’il s’est attirés par rapport aux magistrats.

En réduisant leurs émolumens au niveau des appointemens des autres fonctionnaires dépendans du pouvoir exécutif, révocables à volonté, ayant des charges plus ou moins lucratives (quoi que fasse ou veuille la loi), n’était-ce pas les exposer à une corruption fatale à la justice, à ce premier besoin de tout peuple, de toute société d’hommes marchant vers la civilisation ? Le magistrat qui la distribue ne saurait être trop à l’abri des nécessités qui assiègent l’homme dans la vie sociale ; il faut qu’il soit aussi indépendant sous ce rapport, pour rester intègre, qu’il l’est quand il ne se dirige que d’après la loi et sa conscience : considération importante qui à seule motivé l’inamovibilité de sa charge[1].

Bien que le président ait eu le concours de la chambre

  1. Par la loi de 1817, le doyen du tribunal de cassation recevait annuellement 1,600 gourdes, et les juges 1,400. En 1818 et 1819, ils furent portés, le doyen à 1,000 gourdes, les juges à 850. — En 1817, les doyens des tribunaux d’appel recevaient 1,400 gourdes, et les juges 1,200 ; les juges de première instance, 1,000 gourdes. En 1819, le doyen du tribunal civil de la capitale fut porté à 850 gourdes, les juges à 750, et les autres à proportion, selon l’importance des villes. Et des administrateurs de finances, des directeurs de douanes recevaient 1,000 gourdes d’appointemens fixes, outre des rétributions sur les navires de commerce, selon leur tonnage !