Ouvrir le menu principal

Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 8.djvu/329

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fluer sur l’esprit du colonel Zacharie : celui-ci consentît avec empressement à ce qu’il désirait.

Ce fut la dernière action de la vie de Pétion, si pleine d’ailleurs de touchans exemples d’humanité, de bonté, de générosité. Ainsi que nous l’avons déjà dit, il termina sa carrière politique comme il avait commencé sa carrière militaire : en sauvant la vie d’un homme ! Le 2 septembre 1791, ce fut un officier du régiment d’Artois, un blanc qu’il protégea et arracha à la fureur de ses camarades d’armes : le 26 mars 1818, ce fut un soldat de ce brave 14e régiment qui s’était rallié sous son autorité, un noir qu’il enleva au glaive de la loi !

Un pays qui a eu un tel Chef, une République qui a eu un tel Fondateur, n’ont-ils pas eu le droit d’en être orgueilleux ?

Aussi, comment retracer ces pénibles émotions, cette anxiété, ces angoisses déchirantes éprouvées au Port-au-Prince, par toutes les classes de la population, lorsqu’on se disait : « Le Président est gravement malade, a il est à toute extrémité, il va mourir ! » Les travaux, les occupations, la vie tout entière de la cité, s’arrêtèrent à cette affligeante nouvelle[1]. On s’interpellait dans les rues, on se portait en foule au palais pour savoir à tout moment, s’il n’y avait pas un changement dans son état qui pût faire espérer que ses jours seraient conservés. Dans la nuit du 28 au 29 mars, bien des person-

  1. L’épidémie enlevant d’autres infortunés, on avait cessé de sonnerie glas funèbre à l’église, selon l’usage, dans la crainte que ce bruit lugubre des cloches ne fît impression sur Pétion. (Abeille haïtienne du 3 avril.) — L’église ayant beaucoup souffert dans l’explosion de la poudrière placée dans son voisinage, il la faisait réparer. Il avait fait venir de l’étranger une grosse cloche pour remplacer celle qui était fêlée ; elle fut montée à l’occasion de sa mort, par les soins du colonel Morette et des marins de l’État. Des capitaines de navires étrangers vinrent d’eux-mêmes l’assister dans cette opération.