Ouvrir le menu principal

Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 6.djvu/532

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


leur corps une influence dictée par l’estime, justifiée d’ailleurs par toute sa conduite antérieure.

Quels étaient ensuite ces officiers du Sud qui pensaient que Pétion sacrifiait l’intérêt général à ses vues d’ambition personnelle ? Ce n’étaient pas, certainement, Wagnac, Vaval, Bruny Leblanc et Véret, aussi méritans que Francisque et Borgella ; car ils furent tous attachés à Pétion, en qui ils reconnaissaient plus de qualités qu’en Gérin.

Dans le chapitre suivant, nous examinerons le dernier reproche fait par Gérin à Pétion, — de ne pas vouloir abattre Christophe d’un seul coup ; — et nous essayerons aussi d’expliquer le système politique du fondateur de la République, par rapport à son ennemi.