Ouvrir le menu principal

Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 4.djvu/488

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


RÉSUMÉ DE LA QUATRIÈME ÉPOQUE


Cette époque, d’une durée si courte, mais si féconde par les actes de la toute-puissance de T. Louverture, nous donne l’occasion d’apprécier toutes les idées, toutes les vues politiques et administratives de ce noir célèbre. Vainqueur de Rigaud, qui a été forcé de fuir de son pays natal pour aller chercher un refuge dans la métropole, il n’a plus trouvé aucune résistance à son pouvoir colossal. C’était le moment pour lui de prouver ses sentimens envers les hommes de sa race, d’exercer sa justice envers les vaincus du Sud, son impartialité envers tous.

Mais, violant aussitôt toutes ses promesses d’amnistie si solennellement faites et renouvelées, T. Louverture ordonne de nouveaux massacres sur tous les points du département du Sud, dans d’autres localités de l’Ouest, de l’Artibonite et du Nord. Un joug de fer est étendu sur toute la population : la terreur est mise à l’ordre du jour par ses divers lieutenans, notamment par Dessalines, exécuteur de ses volontés.

La joie des colons français se manifeste partout : ils s’ingénient à flatter celui qui n’a été toujours que leur allié, leur instrument ; ils le comparent, dans leurs discours, aux plus grands hommes de l’antiquité ; ils réussissent à le persuader qu’il est semblable à Bonaparte, Premier Consul de la République française.

Toutefois, des actes isolés, des protestations armées sans entente, intempestives, de la part de quelques noirs, contre le régime inhumain qui pèse sur eux et sur leurs