Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 11.djvu/54

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’État une autorité dont le Sénat fût justiciable, la Chambre l’aurait sommé d’y rapporter la preuve de ses outrageuses allégations…

» Ainsi, autre chose est un conseil législatif, soumis à des volontés supérieures ; autre chose, une représentation nationale, non souveraine, mais indépendante. Sous un gouvernement qu’on appelle constitutionnel, la puissance représentative est la pondération du pouvoir exécutif. Le but utile de l’institution de ces deux grands pouvoirs, c’est de lutter constamment d’opinion, jusqu’à ce qu’ils aient saisi le grand secret de combler les vœux publics. Le Sénat est revêtu d’un pouvoir essentiellement modérateur, chargé d’établir l’équilibre entre la nation et son chef : il prend part à l’administration ; il fixe les dépenses, il décrête le budget. Mais possédant une plus grande extension de puissance législative, la Chambre exerce le veto absolu, en ce sens qu’elle sanctionne ou improuve l’administration, en accordant ou refusant les impôts dont l’initiative lui appartient exclusivement.

» S’il m’est permis de me fier à mon intelligence, c’est bien là la théorie dés droits et des devoirs du gouvernement de la République, précisée par la constitution.

» Je soutiens donc, que toutes les fois qu’une assemblée législative est libre dé déduire les motifs qui ont déterminé ses résolutions, elle est indépendante ; et cette indépendance lui confère l’investiture du pouvoir d’opinion sur tout ne qui peut devenir l’objet des lois… De là le droit et le devoir de la Chambre de proclamer toutes les vérités de sa conviction. En effet, c’est par son organe que le pouvoir exécutif doit apprendre le bien à faire et le mal à corriger… Les représentans des communes sont appelés à placer sous les yeux du Président d’Haïti, la véritable situation inté-