Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 11.djvu/172

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pléans ; le scrutin allait décider, sinon du sort de la République, du moins de celui de son gouvernement. À la capitale, 279 votans se présentèrent et formèrent d’abord le bureau de l’assemblée en nommant M. Dieudonné, ancien sénateur, pour la présider ; ce choix indiquait que l’Opposition, dont il était un membre ardent, triompherait par ses suffrages. En effet, le 2, sur 284 votans, M. Dumai Lespinasse obtint 221 voix ; du 3 au 5, MM. Covin aîné et Emile Nau furent élus également représentans de la commune, le premier, par 260 votans, le second, par 199. Le 7, il n’y en avait plus que 90 qui élurent suppléans MM. Charles Alerte, David-Troy et T. Bouchereau.

La bataille était gagnée au Port-au-Prince. Elle le fut aussi dans toutes les villes principales : aux Cayes, par la réélection de M. Hérard Dumesle et l’élection de M. Laudun ; à Aquin, par celle de M. David Saint-Preux ; au Petit-Goave, par celle de M. Edouard Lochard ; à Jérémie, par celle de M. E. Lartigue ; aux Gonaïves, par l’élection de MM. J.-B. Dupuy et J.-B. Damier ; à Saint-Marc, par celle de M. Rinchère ; à l’Anse-à-Veau, par celle de M. Charles Devimeux ; à Santo-Domingo, par celle de MM. Benoît et Alcius Ponthieux ; à Léogane, par celle de M. Dorsainville Dautant, etc.

En face d’une telle manifestation, et, on peut le dire, de l’insouciance de la grande majorité des électeurs qui s’étaient abstenus de se présenter aux assemblées communales, le général Inginac crut devoir renouveler auprès de Boyer le conseil qu’il lui avait donné, l’année précédente, de faire publier un journal semi-officiel afin de traiter, dans le sens du gouvernement, les questions importantes que traitait le Manifeste, d’exposer la situation du pays dans sa partie politique, financière, etc., pour essayer