Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 10.djvu/258

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


moins que cette opération devait nécessairement exiger du temps ; car il ne lui serait pas possible d’accaparer toutes les denrées avec les sommes que le trésor haïtien pouvait lui donner, sans nuire à son propre commerce et à celui des autres négocians, qui avaient besoin d’effectuer des retours pour les marchandises importées en Haïti.

Telle était la seule combinaison qui se présentait pour dégager le gouvernement de l’offre qu’il avait faite, dès 1833, et que Boyer venait de renouveler, de rembourser « immédiatement » les avances du trésor français. En sa qualité de négociant, M. Lloyd recevant des fonds, les employant à l’achat de denrées, faisant vendre ses denrées en Europe pour en verser le prix dans la banque de Londres, devait nécessairement jouir des commissions d’usage dans le commerce, et les banquiers, encaissant des fonds et les versant au trésor français, devaient prélever aussi les commissions qui reviennent à la nature de leurs opérations. Tout fut précisé entre la maison Lloyd et Cie et le général Inginac, dans un projet de contrat. Mais lorsque ce dernier apporta ce projet à Boyer, il se récria contre ce qu’il appelait « des exigences » de la part de ces négocians. Il déclara alors qu’il ne voyait pas d’autre moyen de faciliter le payement de la dette nationale, — indemnité et emprunt, — que de faire payer « en monnaies étrangères » les droits à l’importation des marchandises en Haïti. On se rappelle, sans doute, que M. le baron Pichon en avait, le premier, fourni l’idée ; qu’il avait engagé le gouvernement à la mettre à exécution ; mais le Président, en faisant cette déclaration, prétendait que cette idée appartenait à lui seul, sa regrettable vanité ne lui permettant pas d’avouer qu’elle lui avait été suggérée par l’agent français[1]. Quoi qu’il en soit, il finit par consen-

  1. Je dis ce qui s’est passé en ma presence. Le general Inginac, connaissant le carac-