Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 10.djvu/103

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


comme son envoyé fut amené à signer des traités, le 2 avril 1831, auxquels il ne donna point sa ratification, nous renvoyons à en parler dans cet ordre chronologique.

Cependant, nous pouvons placer ici le message que le Président adressa au Sénat, le 4 octobre 1830, lorsqu’il apprit les événemens survenus, en France.

« Citoyens sénateurs,

» L’article 121 de la constitution fait un devoir au Sénat de correspondre directement avec le Président d’Haïti pour tout ce qui intéresse l’administration des affaires publiques en général, et de mon côté, je n’ai jamais manqué d’appeler les membres qui le composent à délibérer avec moi sur les grands intérêts de l’État, chaque fois que les circonstances l’ont nécessité. C’est ce motif puissant qui me porte à vous inviter à méditer sur les événemens qui ont eu lieu en France vers la fin du mois de juillet denier, et qui ont amené le changement de la dynastie régnante. Plus ces événemens sont graves, plus vous devez mettre de sagesse et de maturité dans la résolution que vous allez prendre. Il s’agit principalement de considérer le changement de gouvernement sous le point de vue des avantages qui peuvent en résulter en faveur de la conclusion de nos rapports, politiques et commerciaux avec la France, et de me faire connaître votre opinion sur la marche qu’il conviendra le mieux d’adapter et de suivre pour parvenir à cet heureux résultat. Je me repose, citoyens sénateurs, sur vos lumières autant que sur votre patriotisme, et je ne doute pas que votre résolution aura pour base la dignité, la gloires et la prospérité de République.

» J’ai la faveur dp vous saluer, etc.
 » Signé : Boyer. »

Le lecteur pressent déjà la réponse que le Sénat fit à ce