Page:Arbois de Jubainville - Cours de littérature celtique, tome 1.djvu/78

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Les premières lettres de l’alphabet ogamique sont :
B, beith, « bouleau ; »
L, luis, « sorbier » ou « frêne de montagne ; » – mountain ash, comme on dit en anglais ;
F, fern, « aune ; »
S, sail, « saule ; »
N, nin, « frêne[1]. »

L’éloge de saint Columba par Dallan, fils de Forhall, débute par les mots : Ni disceoil, « ce n’est pas une petite histoire, un médiocre événement, » et il se termine par les mots ni-dam-huain, « je n’ai pas le loisir. » Or Ni disceoil commence par un n, ni-dam-huain finit par un n ; voilà pourquoi il est dit dans la préface que cette pièce est Anamain eter da nin[2], ce que feu O’Beirne Crowe a traduit par un

  1. |||||, n. ||||, s. |||, f. ||, l. |, b.
  2. The amra Choluim Chilli of Dallan Forgaill, p. 15. Cf. Whittey Stokes, Goidelica, 2e éd., p. 158, ligne 1.