Page:Arbois de Jubainville - Cours de littérature celtique, tome 1.djvu/34

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
31
CELTES ET LANGUES CELTIQUES.

de la vieille littérature irlandaise sont O’Curry[1] et O’Donovan[2] enlevés à la science par une mort prématurée, il y a vingt ans[3].

Le vieil irlandais a conservé une déclinaison plus complète, sur certains points, que la déclinaison latine : cinq cas au singulier, quatre au pluriel, deux au duel ; et cette déclinaison présente la parenté la plus intime avec la déclinaison gauloise, telle qu’on peut l’observer dans les inscriptions lapidaires, dans les légendes des monnaies et dans divers textes latins qui contiennent des mots gaulois.

Dans l’épopée irlandaise, nous trouvons les mœurs

  1. Les principaux travaux d’O’Curry sont : 1° ses catalogues inédits des mss. irlandais de l’Académie royale d’Irlande et du British Museum, comprenant l’un 394 mss., l’autre 167, et formant à eux deux un peu plus de neuf volumes in-fol. ; 2° l’ouvrage intitulé Lectures on the manuscript materials of ancient irish history, 1 vol. in-8° de 722 pages et 26 planches, dont une seconde édition a paru à Dublin en 1878 ; 3° les second et troisième volumes de l’ouvrage intitulé : On the manners and customs of the ancient Irish, Dublin, 1873, in-8 ; 4° des copies de textes de jurisprudence irlandaise utilisées dans la collection des Ancient laws of Ireland, etc., etc.
  2. On doit à O’Donovan : 1° une grammaire irlandaise, A grammar of the irish language, Dublin, 1845 ; 2° une édition des Annals of the four Masters, texte irlandais et traduction anglaise, avec des notes considérables, 7 vol. in-4° ; 3° un catalogue inédit de 55 mss. irlandais du collège de la Trinité, de Dublin, en 1 vol. in-fol., dont la Bibliothèque nationale de Paris possède une copie ; 4° la copie et la traduction qui ont servi de base aux premiers volumes des Ancient laws of Ireland, etc., etc.
  3. O’Donovan est mort en novembre 186 ; O’Curry quelques mois après, en 1862.