Page:Arbois de Jubainville - Cours de littérature celtique, tome 1.djvu/30

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
27
CELTES ET LANGUES CELTIQUES.

s’étend de la Mer Extérieure (c’est-à-dire de l’océan Atlantique) et des régions septentrionales au Palus Méotis et à la Scythie pontique, où la race scythique et la race celtique se mêlent [1]. Enfin une inscription grecque qui paraît dater du second siècle avant notre ère parle des dangers qu’une incursion des Galates fit courir à la ville d’Olbia, situé à l’embouchure du Bug, à quelque distance à l’est d’Odessa [2]. On sait que les Grecs ont donné le nom de Galates aux Celtes à partir de l’expédition où le temple de Delphes fut pillé au siècle précédent.

Ainsi les Celtes ont porté le nom de dunum, « château, » dans toutes les parties de l’Europe qu’ils ont possédées au temps de leur grande puissance, au commencement du troisième siècle avant notre ère et au temps de l’empire romain, les noms dont le second terme est dunum se maintiennent dans les écrits des géographes, c’est-à-dire chez Strabon, chez Ptolémée, dans l’Itinéraire d’Antonin, la Table

  1. « Εἰσὶ δ' οἳ τὴν Κελτικὴν διὰ βάθος χώρας καὶ μέγεθος ἀπὸ τῆς ἔξω θαλάσσης καὶ τῶν ὑπαρκτίων κλιμάτων πρὸς ἥλιον ἀνίσχοντα κατὰ τὴν Μαιῶτιν ἐπιστρέφουσαν ἅπτεσθαι τῆς Ποντικῆς Σκυθίας λέγουσι, κἀκεῖθεν τὰ γένη μεμεῖχθαι » (Plutarque, Marius, XI, 6, édit. Didot, p. 490).
  2. Corpus inscriptionum græcarum, t. II, no 2058. Vers la même époque, les Galates faisaient en Macédoine une incursion dont un monument épigraphique a été publié par l’abbé Duchesne, Revue archéologique, t. XXIX (1875, 1er semestre), p. 6 et suiv. Je dois dire cependant que, suivant Zeuss, Die Deutschen, p. 128, les Galates, mentionnés dans la première de ces inscriptions, sont des Bastarnes et par conséquent des Germains.