Page:Arbois de Jubainville - Cours de littérature celtique, tome 1.djvu/14

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tribu envoya, probablement au commencent du troisième siècle avant notre ère, une colonie dans le bassin du bas Rhône, sur les doux rives duquel nous la trouvons établie lors du passage d’Annibal, 218 ans avant notre ère[1]. Plus tard, elle s’avança davantage à l’ouest, et, sous la domination romaine, cette tribu, établie tout entière sur la rive droite du Rhône, était divisée en Volcæ Tectosages à l’ouest, en Volcæ Arecomici à l’est[2]. Mais les Volcæ de Germanie ont joué un rôle beaucoup plus considérable. Leur nom, dont la forme germanique est Valah, devient, chez les Germains, le nom générique de la race celtique ; et quand la domination romaine se fut substituée à celle des Celtes, dans les pays qu’ils avaient occupés au sud du Danube et à l’ouest du Rhin, les Germains transportèrent aux Romains le nom par lequel ils désignaient les Celtes. De là le nom de Valaques, un de ceux que portent les populations de langue latine de l’Europe orientale ; ce nom est identique à Valah. Wælsch, nom allemand des Italiens et des Français, Welsh, nom anglais des

  1. « Hannibal, cæteris metu aut pretio pacatis, jam in Volcarum pervenerat agrum, gentis validæ ; colunt enim circa utramque ripam Rhodani » (Tite-Live, liv. XXI, ch. xxvi, § 6).
  2. « Μεχρὶ τοῦ Ῥοδανοῦ ποταμοῦ Οὐόλκαι Ἀρικόμιοι » (Ptolémée, liv. II, chap. x, § 10).