Page:Arago - Œuvres complètes de François Arago, secrétaire perpétuel de l’académie des sciences - Astronomie populaire, tome 3.djvu/89

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tagnes de la Saxe, de la Côte-d’Or et du Forez ; une, le calcaire du Jura ou oolithique, s’y montre seule relevée. Donc l’Erzgebirge, la Côte-d’Or et le mont Pilas du Forez sont sortis du globe après la formation du calcaire oolithique, et avant la formation des trois autres terrains de sédiment.

Sur les pentes des Pyrénées et des Apennins, il y a deux terrains relevés, savoir, le calcaire oolithique et le terrain grès vert et craie ; le terrain tertiaire et le terrain d’alluvion qui le recouvre ont conservé leur horizontalité primitive. Les montagnes des Pyrénées et des Apennins sont donc plus modernes que le calcaire du Jura et le grès vert qu’elles ont soulevés, et plus anciennes que le terrain tertiaire et celui d’alluvion.

Les Alpes occidentales (entre autres, le Mont-Blanc) ont soulevé, comme les Pyrénées, le calcaire oolithique et le grès vert, mais de plus le terrain tertiaire ; le terrain d’alluvion est seul horizontal dans le voisinage de ces montagnes. La date de la sortie du Mont-Blanc doit donc être inévitablement placée entre l’époque de la formation du terrain tertiaire et celle du terrain d’alluvion.

Enfin, sur les flancs du système dont le Ventoux fait partie, aucune des espèces de terrain de sédiment n’est horizontale ; toutes les quatre sont relevées. Quand le Ventoux a surgi, le terrain d’alluvion lui-même s’était donc déjà déposé.

En commençant ce chapitre, j’avais annoncé, quelque singulier que cela dût paraître, qu’on était arrivé à déterminer l’ancienneté relative des différentes chaînes de montagnes européennes ; on voit maintenant que les obser-