Ouvrir le menu principal

Page:Arago - Œuvres complètes de François Arago, secrétaire perpétuel de l’académie des sciences - Astronomie populaire, tome 3.djvu/550

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


heures la masse liquide de l’Océan. Il est donc naturel de supposer qu’elle produira quelque effet analogue sur notre atmosphère. La difficulté d’assigner exactement par la théorie la quantité numérique très-petite de cet effet (chap. xxxvi, p. 515), ne doit pas empêcher de reconnaître qu’il existe. On peut même affirmer que sa valeur sera toujours la même pour des positions semblables de la Lune et de la Terre.

Cela posé, admettons un moment qu’on puisse généraliser les résultats obtenus à Viviers (Ardèche), par Flaugergues, pour 20 années d’observations barométriques comprises entre le 19 octobre 1808 et le 18 octobre 1828. Flaugergues a discuté les seules observations de midi, afin que, tout étant constamment égal par rapport au Soleil, il ne restât dans les moyennes que les effets dépendants de la Lune. Il a donné la table suivante pour les hauteurs moyennes du baromètre réduites à la température de la glace fondante :

  mill.
Nouvelle Lune 
755,48
Premier octant 
755,44
Premier quartier 
755,40
Deuxième octant 
754,79
Pleine Lune 
755,30
Troisième octant 
755,69
Second quartier 
756,23
Quatrième octant 
755,50

En nous rapprochant de ces résultats, nous dirons qu’à l’époque du premier quartier et par l’effet de l’action lunaire, la pression atmosphérique est en voie de diminution, ou, ce qui est la même chose, que la hauteur du baromètre décroit ; que la pleine Lune produit un effet