Page:Arago - Œuvres complètes de François Arago, secrétaire perpétuel de l’académie des sciences - Astronomie populaire, tome 3.djvu/409

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


quatre jours de sa disparition, l’instant qui séparera ces deux parties égales, le moment de sa disparition le matin de celui de sa réapparition le soir, sera le moment où la Lune, exactement interposée entre le Soleil et la Terre, ne recevra de lumière que par la face que nous ne voyons pas. Ce moment est celui de la conjonction ; l’instant de la conjonction est à la fois la fin d’une lunaison et le commencement de la lunaison suivante. Au moment précis de la conjonction, on dit que la Lune est nouvelle.

Il est évident que le moment où la Lune devient nouvelle, en d’autres termes le moment où le mois lunaire commence, ne peut être déterminé par une observation immédiate, à moins qu’à l’instant précis de la conjonction il n’y ait éclipse, à moins que la Lune ne se projette alors sur le Soleil.

Le moment où le mois lunaire commence est donné d’avance dans les éphémérides astronomiques ; c’est à partir de cet instant que se compte l’âge de la Lune. On est convenu de dire que la Lune est âgée d’un jour quand on est dans les vingt-quatre heures qui suivent l’instant de la conjonction, l’instant de la nouvelle Lune.

Dans les vingt-quatre heures suivantes, la Lune est âgée de deux jours, et ainsi de suite.