Page:Arago - Œuvres complètes de François Arago, secrétaire perpétuel de l’académie des sciences - Astronomie populaire, tome 3.djvu/402

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


que notre satellite est à son premier quartier ; il passe alors au méridien vers six heures du soir.

Le lendemain du premier quartier, la portion de la Lune visible de la Terre (D) surpasse un demi-cercle, sa partie occidentale est toujours circulaire et sa partie orientale elliptique ; mais à l’inverse de ce qui avait lieu avant le premier quartier, la concavité de l’ellipse se trouve alors tournée vers l’occident.

La phase va en augmentant graduellement de jour en jour ; enfin, quand la Lune est en opposition avec le Soleil, lorsqu’elle passe au méridien à peu près à minuit, la portion orientale et la portion occidentale de l’astre ont exactement la même forme ; ces deux portions sont toutes deux circulaires (E), et l’on dit que la Lune est pleine.

Immédiatement après le moment de la pleine Lune, l’astre commence à perdre une partie de sa lumière du côté occidental de son disque (F) ; il se trouve alors terminé à l’orient par un cercle et à l’occident par une ellipse.

Le jour de la seconde quadrature il se montre à moitié éclairé (G), sa partie orientale est circulaire, et à l’occident sa ligne de séparation d’ombre et de lumière est droite ; il passe alors au méridien à peu près à six heures du matin ; ensuite, à partir de cette époque où l’on dit que la Lune est à son dernier quartier, sa phase se creuse, une ligne courbe elliptique, concave vers l’occident (H), termine la portion de la Lune visible de la Terre, qui, du côté de l’orient, a toujours la forme circulaire. Le phénomène se présente en sens inverse de ce que nous avions observé pendant la Lune croissante, c’est-à-dire entre la conjonction et la pleine Lune.