Ouvrir le menu principal

Page:Arago - Œuvres complètes de François Arago, secrétaire perpétuel de l’académie des sciences - Astronomie populaire, tome 3.djvu/130

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le 19 novembre 1822, à dix heures un quart du soir, les villes de Valparaiso, de Melipilla, de Quillota et de Casa-Blanca au Chili, furent détruites par un effroyable tremblement de Terre qui dura trois minutes. Les jours suivants, en parcourant la côte dans une étendue de plus de 30 lieues, divers observateurs reconnurent qu’elle s’était notablement élevée ; car sur un rivage où la marée ne monte jamais que de 1 à 2 mètres, tout soulèvement du sol est facile à constater.

Voici, au reste, quelques-unes des observations d’où l’on a déduit cette remarquable conséquence.

À Valparaiso, près de l’embouchure du Concon, et au nord de Quintero, on voyait dans la mer, près du rivage, des rochers qu’auparavant personne n’avait aperçus. Un vaisseau qui s’était brisé sur la côte, et dont les curieux allaient, à marée basse, examiner les restes en bateau, se trouvait, après le tremblement de terre, parfaitement à sec. En parcourant dans une grande étendue le rivage de la mer, près de Quintero, lord Cochrane et madame Maria Graham, trouvèrent que l’eau, même à marée haute, n’atteignait pas les roches sur lesquelles adhéraient encore des huîtres, des moules et d’autres coquillages dont les animaux, morts depuis peu, étaient en putréfaction. Enfin, les rives tout entières du lac de Quintero, qui communique avec la mer, avaient évidemment monté beaucoup au-dessus du niveau de l’eau, et dans cette localité le fait ne pouvait échapper aux observateurs les moins attentifs.

À Valparaiso, la contrée parut s’être élevée d’environ 1 mètre. Près de Quintero on trouva 1 mètre et un tiers.