Ouvrir le menu principal

Page:Arago - Œuvres complètes de François Arago, secrétaire perpétuel de l’académie des sciences - Astronomie populaire, tome 3.djvu/123

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


toujours le temps de céder à son action avant quelle se transporte dans une région où la force qui en émane sera tout autrement dirigée. Il n’en était pas de même de la comète de 1680. Près de la Terre, son mouvement angulaire apparent à travers les constellations, devait être extrêmement rapide. En peu de minutes elle correspondait à une nombreuse série de points situés sur des méridiens terrestres fort éloignés les uns des autres[1]. Quant à sa distance rectiligne à la Terre, elle put être très-petite, sans doute, mais seulement pendant quelques

  1. Je n’aurai pas besoin d’admettre, avec Whiston, qu’une comète est à trois ou quatre mille lieues de la Terre seulement, pour montrer qu’elle peut avoir un mouvement angulaire extrêmement rapide. Je la supposerai à la distance moyenne de la Lune, dans la plan de l’écliptique, en opposition avec le Soleil et marchant de l’est à l’ouest ou dans le sens rétrograde. Eh bien, dans ce cas on trouve que son mouvement,
    En une heure, serait de 
     38° 41′
    En deux heures, de 
     70    9 
    En trois heures, de 
     92  58 

    Lacaille avait donné des nombres beaucoup plus considérables ; mais il s’était glissé dans son calcul une erreur de chiffre que M. Olbers a reconnue et rectifiée. Au reste, ces résultats, tels qu’ils sont, paraîtront encore énormes, lorsqu’on verra que la Lune, celui de tous les astres de notre système qui se meut avec le plus de vitesse, ne parcourt guère que 13° en 24 heures.

    La réunion de circonstances que j’ai admises, doit se présenter trop rarement pour qu’il faille s’attendre à observer communément l’excessive vitesse dont je viens de transcrire la valeur, et qui donnerait aux comètes l’aspect de véritables météores atmosphériques. Jusqu’ici celui de ces astres dont la marche a été la plus remarquable, est la comète de 1472 (n° 26 du catalogue, liv. xvii, ch. x, t. ii, p. 301) : elle parcourut 12° en 24 heures, suivant les observations de Régiomontanus.