Ouvrir le menu principal

Page:Arago - Œuvres complètes de François Arago, secrétaire perpétuel de l’académie des sciences - Astronomie populaire, tome 3.djvu/107

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


événement. « Des crises violentes, dit M. de Beaumont, accompagnées de l’élévation de chaînes de montagnes et suivies de mouvements impétueux des mers, capables de désoler de vastes étendues de la surface du globe, paraissent avoir, pendant un laps de temps probablement immense, fait partie du mécanisme de la nature ; il n’y a rien d’absurde à admettre que ce qui est arrivé à un grand nombre de reprises depuis les plus anciennes jusqu’aux plus modernes périodes de l’histoire de la Terre, soit arrivé une fois depuis que l’homme existe sur sa surface. »

Maintenant les montagnes ont-elles surgi au hasard ? Ne peut-on trouver une loi qui ait présidé à leur arrangement ? C’est une question que M. de Beaumont a encore abordée de la manière la plus heureuse. Quelques explications feront comprendre l’importante découverte que la science lui doit sur ce sujet. Si l’on jette les yeux sur la figure 243 (p. 100) qui représente les directions de 21 systèmes de montagnes européens sur les 24 que nous avons énumérés, on remarque d’abord que les directions semblent être presque perpendiculaires deux à deux. Cette figure a été obtenue en projetant l’Europe sur l’horizon du Binger-Loch, défilé par lequel le Rhin s’échappe de la plaine de Mayence. On y a tracé les directions de chaque système, en calculant l’orientation qu’aurait au BingerLoch un arc de grand cercle de la sphère terrestre perpendiculaire au grand cercle de comparaison du système correspondant, et en menant ensuite par le Binger-Loch un second arc de grand cercle perpendiculaire au premier. Cet arc de grand cercle est représenté sur la figure