Page:Apollinaire - Alcools.djvu/98

Cette page a été validée par deux contributeurs.

ALCOOLS


Car je ne veux plus rien sinon laisser se clore
Mes yeux couple lassé au verger pantelant
Plein du râle pompeux des groseilliers sanglants
Et de la sainte cruauté des passiflores

98