Page:Anthologie japonaise, poésies anciennes et modernes.djvu/21

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
xiij
PRÉFACE.

pas de pays en parcourant l’Anthologie japonaise. Le génie des deux peuples est, assure-t-on, fort différent : je n’ai aucune raison pour y contredire ; mais leur poésie s’accorde. Est-ce l’influence du bouddhisme qui produit cette ressemblance ? je le demande à M. de Rosny.

Y a-t-il dans l’antiquité grecque quelque épigramme plus délicate que cette plainte d’un exilé ?

Bien que mon palais, depuis mon départ, n’ait plus de
maître, n’oubliez pas, fleur de prunier, de vous épanouir au
printemps sur le bord de sa toiture[1].

Lamartine renierait-il la petite pièce que voici ?

Ce n’est pas la neige du jardin dont la tempête emporte
Les fleurs ; ce qui tombe emporté, ce sont mes jours[2].

Que dire encore de ces vers écrits par Nagaharou, une veuve éplorée, qui se tue avec son

  1. Anthologie japonaise, p. 33.
  2. Anthologie japonaise, p. 81.