Page:Anthologie japonaise, poésies anciennes et modernes.djvu/144

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
84
ANTHOLOGIE JAPONAISE.

guhya dharma ?). Enfin, dans plusieurs autres chapelles nommées Hô-sŭ In (la chapelle de l’Eau de la Loi), Ge-sŭ In (la chapelle de l’Eau de la Transformation), Mu-ryô-kwô In[1] (la chapelle de la Splendeur infinie), il y a des tableaux qui représentent dans les airs Mi-da Nyo-rai (sanscr. अमितस् तथागत amita: tat‘âgata), et vingt-cinq bodhisattvas qui viennent recevoir des âmes pour les transporter dans le ciel[2]. Le fils de Kintsouné y habitait dans une maison appelée Kita-no Sin-den.

On lit dans le Taï-heï-ki[3] (Histoire de la grande paix recouvrée) : « Dans la période Kô-an, seconde année (1362), troisième mois, treizième jour, l’empereur vint visiter le monastère de Saï-oṋ-zi. Comme c’était un endroit que l’empereur précédent avait visité à l’occasion d’une promenade de l’impératrice, on y admirait des pavillons incrustés de pierres précieuses, la salle de réception qui s’élevait jusqu’aux nues, ainsi que la chapelle Myô-in Dô peinte en bleu et en rouge, et la chapelle Hô-sŭ In couverte de cristaux de couleur. »

Par ce passage, on peut comprendre combien étaient admirables ces bâtiments, dont les vieux vestiges se retrouvent encore aujourd’hui à la pagode de Roku-oṋ-zi, à Kitayama. Le

  1. Les mots mu-ryô-kwô répondent au sanscrit अमित प्रभा amita prab‘a.
  2. 虛空 en sanscrit शून्य çunya « le vide, les espaces célestes ».
  3. Cet ouvrage très-célèbre renferme le récit des guerres qui eurent lieu au Japon, entre les années 1320 et 1393 de notre ère. On y trouve également l’histoire de la campagne entreprise contre la Corée par la fameuse impératrice Zin-gu, la Sémiramis de l’extrême Orient, et celle de l’inutile tentative de conquête du Japon par l’empereur mogol Kubilaï-k‘âṋ, en 1281. — Le Taï-heï-ki est considéré comme un des chefs-d’œuvre de la littérature historique des Japonais. Il se compose de quarante livres.