Page:Anthologie japonaise, poésies anciennes et modernes.djvu/131

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
71
HYAKOU-NIN-IS-SYOU.

Le mot かれぬ karenu (pour karenuru), sur lequel repose l’idée principale de la pièce, et dont le sens ordinaire est « se faner, se dessécher, mourir comme un arbre », régit tout à la fois les mots kusa « plante » et hito-me « visage d’homme ». Avec cette dernière expression, il signifie « il y a absence (mort) de visage humain », c’est-à-dire « on ne voit pas une âme ».