Page:Anthologie japonaise, poésies anciennes et modernes.djvu/109

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
49
HYAKOU-NIN-IS-SYOU.


DEPUIS QUE JE T’AI CONNUE

















Aï-mite-no notsi-no kokoro-ni kurabureba,
Mukasi-va mono-wo omovazari keri[1].



Si je compare ce que sont devenues mes pensées depuis que je t’ai connue,
Auparavant je n’avais point de pensées[2].

  1. Hyakŭ-nin-is-syu, pièce xliii ; Hito-yo gatari, vol. IV, fo 23 ; Si-ka-zen-yô, p. 16.
  2. L’idée de cette pièce, dont ma traduction ne rend que très-imparfaitement la charmante concision, rappelle ce passage de la chanson de Léone-Léoni :

    Avant le jour de ta présence,
    Je ne me souviens plus d’un jour.
    Mais tu parus : mon existence
    A commencé de ton amour.