Page:Anthologie japonaise, poésies anciennes et modernes.djvu/103

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
43
HYAKOU-NIN-IS-SYOU.

Quoiqu’il y ait de tous côtés des chemins dans la montagne, il n’est personne qui dise : Allons à la capitale !


Ajoutons que l’expression asibiki est employée pour faire image et pour se rattacher au nom du faisan, parce que ce nom signifie littéralement « oiseau des montagnes ». Un nom d’oiseau qui ne rappellerait pas l’idée de « montagnes » ne pourrait s’associer avantageusement avec le mot asibiki, qui sert au poëte à peindre la longueur de la nuit que l’amant doit passer loin de sa bien-aimée.