Ouvrir le menu principal

Page:Anthologie contemporaine, Première série, 1887.djvu/145

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
14


À UNE COQUETTE

Oui, madame, je suis poète !
C’est à dire que, par moments,
Je m’emballe, je perds la tête,
Et jette ma raison aux vents.

Dans ces moments, certes, madame,
Je pourrais chanter vos beautés,
Révéler le fond de mon âme,
Et vous dire vos vérités.

Une chevelure splendide
Encadre votre front mignon,
Par malheur, ce front est plus vide
Que ne l’est votre haut chignon.

J’admire vos boucles d’ébène,
Mais, je suis d’autant plus surpris
Que, jadis, vous étiez châtaine,
Avec de rares cheveux gris.