Page:Anonyme ou Collectif - Voyages imaginaires, songes, visions et romans cabalistiques, tome 2.djvu/8

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Cette apparence est fort trompeuse ; les parties suivantes l’emportent encore sur les premières pour la variété, pour le nombre & pour le merveilleux des aventures.

Je connois des personnes sensées qui ont été rebutées par le long séjour de notre voyageur dans son isle. Il leur sembloit qu’elles s’occupoient avec lui des années entières à dresser une hutte, à élargie une caverne & à faire une palissade ; elles se sont imaginées qu’elles l’aidoient pendant plusieurs mois polir une seule planche, & elles se croyoient aussi emprisonnées dans leur lecture, que le pauvre Robinson l’étoit dans sa solitude. Et elles n’ont commencé à respirer avec notre voyageur, qu’à l’arrivée de Vendredi, qui a ranimé leur attention rebutée par des récits trop uniformes. Quoique je croye que c’est leur faute plutôt que celle de l’auteur, & que ces particularités, petite en elles-mêmes, doivent être intéressantes pour tous ceux qui ont