Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme ou Collectif - Voyages imaginaires, songes, visions et romans cabalistiques, tome 2.djvu/47

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

J’ai voulu mettre toutes ces particularités par écrit, parce que le lecteur pourra apprendre par-là à guider ses passions. Un excès de joie emporte l’homme plus loin que les transports de la douleur, de la colère & de la rage ; & j’ai vu dans cette occasion combien il faut veiller sur ces mêmes passions, de quelque nature qu’elles puissent être ; puisque les emportemens de joue ne sont pas moins dangereux pour nous que les autres mouvemens de cœur, qui passent pour les plus dangereux.

Nous fûmes un peu dérangés le premier jour par l’extravagance de nos hôtes ; mais après leur avoir donné des logemens que notre vaisseau étoit en état de fournir, & après qu’ils eurent bien dormi, tout fut tranquille, & nous les vîmes tout autres.

Ils nous donnèrent toutes les marques de reconnoissance, que les sentimens & la politesse sont capable de dicter à un peuple qui naturellement donne dans l’excès de ce côté-là. Le capitaine & un de mes religieux me vinrent voir le lendemain, pour me dire qu’ils souhaitoient fort de me parler, aussi-bien qu’à mon neveu, qui commandoit le vaisseau, afin de nous consulter sur leur sort. Dès que mon neveu fut venu, ils commencèrent par nous dire, que tout ce qu’ils avoient au monde n’étoit pas capable de nous récompenser du ser-