Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme ou Collectif - Voyages imaginaires, songes, visions et romans cabalistiques, tome 2.djvu/437

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

porent le même nom ; & qui, selon nos géographes, sont les Gogs & Magogs dont il est parlé dans l’écriture sainte.

Toute ces rivières prenant leur cours du côté du nord, comme j’ai dit, prouvent évidemment que le pays dont je parle, doit encore être borné au nord par l’Océan septentrional, de manière qu’il n’est nullement probable que ce continent puisse s’étendre de ce côté-là jusques dans l’Amérique, & qu’il n’y ait point de communication entre l’Océan du Septentrion, & de l’Orient. Je ne me suis si fort étendu là-dessus, que parce que j’eus alors l’occasion de faire cette observation, qui est trop curieuse pour être passée sous silence.

De la rivière Arguna, nous avançâmes à petites journées vers le cœur de la Moscovie, très-obligés à sa majesté Czarienne du soin qu’elle a pris de faire bêtir dans ces pays autant de villes qu’il a été possible d’y en placer, & d’y mettre des garnisons qu’on peut comparer à ces soldats stationnaires, que les romains postoient autrefois dans les endroits les plus reculés de leur empire, pour la sûreté du commerce, & pour la commodité des voyageurs. Dans toutes ces villes, que nous rencontrâmes en grand nombre sur notre route, nous trouvâmes les gouverneurs & les soldats tous Russiens & chrétiens. Les habitans du