Page:Anonyme ou Collectif - Voyages imaginaires, songes, visions et romans cabalistiques, tome 2.djvu/414

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

curieux d’aller voir cette merveille, & voici ce que c’étoit. Tout le bâtiment étoit fait de charpente & de plâtre ; mais le plâtre étoit réellement de cette même terre dont on fait la porcelaine. Le dehors, qui étoit exposé à la chaleur du soleil, étoit vernissé, d’une blancheur éclatante, peint de figures bleues, comme les grands vases qui viennent de ce pays-là, & aussi dur que si le tout avoit été cuit au four. En dedans, toutes les murailles étoient composées de carreaux durcis au four, & peints, à-peu-près de la même grandeur que ceux qu’on trouve en Angleterre & en Hollande, & ils étoient tous de la plus belle porcelaine qu’on puisse voir ; la peinture en étoit charmante, variée par différentes couleurs mêlées d’or ; plusieurs de ces carreaux ne faisoient qu’une même figure ; mais ils étoient joints ensemble par du mortier de la même terre, avec tant d’art, qu’il étoit difficile de ne les pas prendre pour une seule & même pièce. Les pavés étoient de la même matière, & aussi drus que les pavés de pierre qu’on trouve en plusieurs provinces d’Angleterre, sur-tout en Lincolnshire, Nottinghamshire & Leicestershire ; cependant ils n’étoient ni peints, ni durcis au four, excepté dans quelques cabinets, où ils étoient de ces même petits carreaux qui couvroient les murailles. Les caves,