Page:Anonyme ou Collectif - Voyages imaginaires, songes, visions et romans cabalistiques, tome 2.djvu/399

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Charles, quoique les Moscovites fussent six contre un.

On a tort d’avoir meilleure opinion du savoir des Chinois, & de leurs progrès dans les sciences. Ils ont des globes, des sphères & quelques foibles notions de mathématiques : mais si vous creusez un peu avant dans leur habileté, vous en voyez d’abord le foible ; ils ne connoissent rien dans le mouvement des corps célestes, & leur ignorance va jusqu’à un tel degré de ridicule, que, lorsque le soleil est éclipsé, ils s’imaginent qu’il est attaqué par un grand dragon qui veut le dévorer, & ils font un bruit terrible en frappant sur des tambours & sur des timbales, pour faire peur au monstre, & pour le détourner de sa proie.

Voilà la seule digression de cette nature qu’on trouvera dans mon histoire ; je ne m’attacherai désormais qu’aux aventures de ma vie errante, sans parler des villes que j’ai vues, ni des vastes déserts que j’ai traversés, qu’autant qu’il le faudra pour répandre du jour sur ce qui m’est arrivé de remarquable dans mes courses.

Étant de retour à Nanquin, j’étois, selon mon calcul, dans le cœur de la Chine, puisque ce petit port est situé au trentième degré de latitude septentrionale. J’avois grande envie de voir la ville de Pékin, & de me rendre aux