Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme ou Collectif - Voyages imaginaires, songes, visions et romans cabalistiques, tome 2.djvu/379

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

& les Hollandois, à ce qu’on disoit, avoient les noms de tous ceux de l’autre équipage, devoient remarquer, du premier coup-d’œil, que nous étions un mélange d’Anglois, de Portugais & d’Indiens, parmi lesquels il ne se trouvoit que deux Hollandois. En voilà plus qu’il ne me falloit pour convaincre le premier capitaine qui nous auroit rencontré, de notre innocence & de son erreur.

Mais la peur, cette passion aussi aveugle qu’inutile, nous remplit le cerveau de trop de vapeurs, pour y laisser une place à la plus grande vraisemblance. Nous regardions toute cette affaire du mauvais côté ; nous savions que les gens de mer Anglois & Hollandois, & particulièrement les derniers, étoient si animés au seul nom des pirates qui s’étoient échappés de leurs mains, en ruinant une partie des chaloupes qu’on avoit envoyées pour les prendre, que nous étions persuadés qu’ils ne voudroient pas seulement nous entendre parler, & qu’ils prendroient pour une preuve convaincante de notre crime prétendu, la figure du vaisseau qu’ils connoissoient parfaitement bien, & notre fuite de la rivière de Cambodia. Pour moi, j’étois assez ma propre dupe, pour m’imaginer que, si j’étois dans leur cas, j’agirois tout de même, & que je taillerois