Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme ou Collectif - Voyages imaginaires, songes, visions et romans cabalistiques, tome 2.djvu/252

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

(C’est dans cette occasion que nous l’avions vu embrasser sa femme avec beaucoup de tendresse, mais en même tems avec beaucoup de chagrin de se voir sans bible).

La F. Mais comment me ferez-vous comprendre que Dieu lui-même a enseigné à ces hommes à faire ce livre ?

{sc|G. At.}} Par la même règle par laquelle nous savons qu’il est Dieu.

La F. Hé bien ! par quelle règle, par quel moyen savez-vous qu’il est Dieu ?

G. At. Parce qu’il nous ordonne & ne nous commande rien qui ne soit bon & juste, rien qui ne tendre à nous rendre parfaitement bons & parfaitement heureux, & par ce qu’il nous défend tout ce qui est mauvais en soi-même, ou mauvais dans ses conséquences.

La F. Ah ! je voudrois bien comprendre tout cela ; je voudrois bien voir tout ce que vous venez de dire. Il enseigne tout ce qui est bon, il défend tout ce qui est mauvais, il récompense le bien & il punit le mal ; il a fait tout, il donne tout, il m’entend quand je lui fis Oh, il ne me tuera pas si je souhaite d’être bonne : si je veux faire du mal il peut me tuer, mais il peut m’épargner aussi, & il est pourtant le grand Dieu. Eh bien ! je crois qu’il est le grand Dieu ; je veux lui dire Oh avec vous, mon cher.