Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme ou Collectif - Voyages imaginaires, songes, visions et romans cabalistiques, tome 2.djvu/232

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

de Jesus-Christ, je parierois ma vie, qu’il sera sensiblement touché de ses propres discours, & se repentira réellement ; ce qui pourroit avoir de très-bonnes suites.

Cependant sur la promesse que les autres Anglois lui firent, de travailler à la conversion de leurs femmes, il les maria, en attandant qu’Atkins vînt avec la sienne. Il étoit fort curieux de savoir où ce dernier s’en étoit allé ; & se tournant vers moi ; Je vous conjure, me dit-il, sortons de votre labyrinthe, pour nous promener ; je suis persuadé, que nous trouverons quelque part ce pauvre Atkins en conversation avec sa femme, & occupé à lui enseigner quelques dogmes de la religion. Je le voulus bien, je le menai par un chemin qui n’étoit connu que de moi, où les arbres étoient tellement épais qu’il étoit difficile de voir de dehors ce qui se passoit où nous étions. Quand nous fûmes venus au coin du bois, nous vîmes Atkins & sa femme assis à l’ombre, & engagés dans la conversation la plus sérieuse. J’en avertis mon religieux, & nous les considérâmes pendant quelque tems avec attention, pour juger de leurs discours par leurs attitudes.

Nous vîmes qu’il lui montroit du doigt successivement le soleil, tous les côtés du ciel, la terre, la mer, les bois, lui-mêmes & sa femme :