Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme ou Collectif - Voyages imaginaires, songes, visions et romans cabalistiques, tome 2.djvu/221

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

légitimes ; & que, selon eux, dans les circonstances où ils se trouvoient alors, ce mariage étoit aussi légitime que s’il avoit été contracté devant un prêtre, & avec toutes les formalités requises.

Je leur répliquai que, sans doute, ils étoient mariés réellement par rapport à Dieu, & qu’ils étoient obligés en conscience, de regarder leurs prisonnières comme leurs légitimes épouses : mais que n’étant pas mariés selon les loix humaines, ils pouvoient, s’ils vouloient, se moquer d’un pareil mariage, & abandonner leurs femmes & leurs enfans ; ce qui mettroit leurs malheureuses familles dans un état déplorable, destituées de bien & d’amis : que pour cette raison, je ne pouvoir rien faire pour eux, à moins que d’être convaincu de la bonté de leurs intentions ; que je serois obligé de tourner toute ma charité du côté de leurs enfans. Je leur dis encore, que s’ils ne m’assuroient pas qu’ils étoient prêts à épouser ces femmes, je ne pouvois pas les laisser ensemble dans une liaison criminelle & scandaleuse, qui devoit indubitablement éloigner d’eux la bénédiction de Dieu.

Atkins, prenant alors la parole pour tous les autres, me répondit, qu’ils avoient autant d’amour pour leurs femmes, que si elles étoient nées dans leur patrie, & que rien ne les porteroit jamais à les abandonner ; que pour lui en