Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme ou Collectif - Voyages imaginaires, songes, visions et romans cabalistiques, tome 2.djvu/163

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

aux mains de nouveau, & nous aurons meilleur marché du reste ».

C’est fort bien dit à vous, seigneur, répliqua Atkins, avec une gaieté brusque ; mais parbleu il en sera de moi précisément comme des sauvages ; je ne serai bon à rien demain, & c’est pour cela que je voudrois recommencer la danse pendant que je suis encore échauffé. « Vous parlez en brave homme, seigneur Atkins, répartit l’Espagnol, & vous avez agi de même ; vous avez fait votre devoir, & nous nous battrons pour vous demain, si vous n’êtes pas en état d’être de la partie. Attendons jusqu’à demain, je crois que ce sera le parti le plus sage. »

Néanmoins, comme il faisoit un fort beau clair de lune, & que nos gens savoient que les sauvages étoient dans un grand désordre, courant confusément de côté & d’autre, près de l’endroit où étoient leurs morts & leurs blessés, ils résolurent de tomber sur eux pendant la nuit, persuadés que s’ils pouvoient donner une seule décharge avant que d’être découverts, leurs affaires iroient bien. L’occasion étoit très-favorable, car un des Anglois près de l’habitation duquel le combat avoit commencé, savoit un moyen sûr pour les surprendre. Il fit faire à nos gens un détour dans le bois, du côté