Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/211

Cette page a été validée par deux contributeurs.
139
ET AUTRES POÉSIES

CLXIII

Itasse de Lespinay

(fol. 88 v°)
Plus ne voy rien qui reconfort me donne ;
Las ! tant sera desoremais ma face
Pale, pensive, et ma chiere dolente,
Preste a plourer et faire joye lente,
5Sans m’esjouïr pour rien qu’on die ou face :

Puis que celle qui les belles [d]efface,
Me fault laissier, et que nulle n’efface[1],
Qui de toutes est mieulx et plus valente,
[Plus ne voy rien.]

10Et n’entens point que vers nulle menace,
Sy tant en dy, car pour gent corps et face
Je maintiendray que elle est excellente ;
Pour ce loing d’elle ainsy plain et lamente,
Et puis bien dire sans qu’on mente ou fourface :
15Plus ne voy [rien.]

CLXIV

Anthoine

(fol. 89)
Si vous l’avés mon pouvre cueur,
Pour Dieu, faictes en bonne garde,

  1. CLXIII. Ms. fr. 9223 mefface.