Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/205

Cette page a été validée par deux contributeurs.
133
ET AUTRES POÉSIES

CLVI

Anthoine

(fol. 85)
Fortune veut le rebours de mon vueil[1],
Car elle vieult ce que point je ne vueil,
C’est d’eslongner ce qu’aprouchier vouldroye,
Et ve[o]ir ce que voulentiers [ne] verroye,
5Dont elle acroist de jour en jour mon dueil.

Soupirs, regrés, dueil engoisseux, plain d’ire
A ung chacun me fait compter et dire
Tous les griefz maulx qu’en mon las cueur j’amasse ;
Ma dame m’a servy de l’escondire,
10A ma requeste a vollu contredire,
Dont bref mourir que vivre mieulx j’amasse.

Je n’ay pas tort, se je me plains et dueil,
Car onc homme ne toisist aveuc dueil
Plus douloureux que je suis ou que soye.
15Or regardés comment m’esjoïroye :
Quant je n’eux oncq de dame ung doulz recueil ;
Fortune [veut le rebours de mon vueil.]

  1. CLVI. Voy. le premier vers de la pièce suivante et de la pièce CLX.