Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/193

Cette page a été validée par deux contributeurs.
121
ET AUTRES POÉSIES

Mon bien ne set que decliner,
Tristesse en moy veult dominer,
Et mon plaisir du tout s’efface ;
15Puis Dœul maintient qu’on me defface,
Me voulant jour et nuit miner :
Ma dolente [vie finer
Je vueil, et sy ne puis finer.]

CXLI[1]

Monsr Jaques

(fol. 77 v°)
Tant acomplie a mon advis
De beaulté, de corps et de vis
En[2] devis
N’ay veu que vous a tout prendre,
5Car on ne saroit comprendre
Sans mesprendre
Vos biens, car oncques tant n’en vis.

Mon cueur veult et me conseille
Qu’a vous nommer m’apareille,
10Nonpareille
De nulle qu’on puisse[3] servir.
Ce n’est pas dont[4] grant merveille
S’incessaument je traveille,
Dorme ou vueille,
15Pour vostre grace desservir.[5]
 

  1. CXLI. Ce rondeau se trouve aussi dans le ms. fr. 1719, fol. 132.
  2. Ms. fr. 1719 En tout ; ms. fr. 9223 En tous.
  3. Ms. fr. 1719 Que nulle gans quon puist.
  4. Ms. fr. 1719 du tout.
  5. Ms. fr. 1719 acquerir ; la fin manque.