Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/188

Cette page a été validée par deux contributeurs.
116
RONDEAUX

Mais savés vous que j’en pourcasce ?
Riens, sy non, par Dieu, vostre grasce ;
Ma dame, mon bien et mon pris,
15De vostre amour suis sy espris
Qu’il[1] ne me chault quel chouse face,
Quant je voy [vostre douche face.]

CXXXV

Anthoine

(fol. 74 v°)
Joye me fuit[2], Douleur m’assault,
Mais c’est par ung sy dur assault
Que je n’y sçay remede mettre :
A Pitié m’ay vollu submettre,
5Mais je voy qu’il[3] ne luy en chault.

Rudesse m’a baillé le sault,
Non pas de loing, mais en soursault ;
Las ! ou monde ne vueil plus estre :
Joye me fuit, [Douleur m’assault.]
 

  1. Ms. fr. 9223 Qui.
  2. CXXXV. Cet hémistiche commence deux autres rondeaux, dont l’un,

    Joye me fuit et Desespoir me chasse,

    a été publié par M. Clédat, dans Lyon-Revue, 1886, p. 311, et dont l’autre,

    Joye me fuit et Douleur me court seure,

    imprimé dans Cent quarante-cinq rondeaux, n° 136, se trouve aussi dans un ms. décrit par M. de Montaiglon, rec. de poésies fr., t. V, p. 263.

  3. Ms. fr. 9223 qui