Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/177

Cette page a été validée par deux contributeurs.
105
ET AUTRES POÉSIES

A vous amer[1], obeïr et complaire,
Me devez vous pour ung nouveau[2] deffaire
5Et m’esloigner de vous toute ma vie ?

Nule[3] achoison fors voulenté n’y a,
Veu qu’oncques mais mon vouloir ne nya
Vos bons plaisirs ne ne volt[4] contredire,
Ainçois tousjours[5] vers vous s’humilia :
10Sy[6] m’esbays qui a ce vous lya,
Car après moy, par Dieu, vous arez pire.

De[7] peu d’arrest au[8] change vous convye ;
Pour tant n’est droibt que doyez[9] par envie
Mon loyal cueur accuser de mal faire :
15Pardonnez moy si je ne m’en puis taire,
Car je n’ai pas tel rigueur desservie,
Pour vous [avoir a mon pouoir servie.]

CXXIII

A. de Guise

(fol. 64)
Blosseville, noble escuier,
Tous ces fatraz je vous envoye,
Ce non obstant que chacun voye
Que ne sont pas de main d’ouvrier.
 

  1. 145 rond. voulloir.
  2. 145 rond. Pour ung autre mauez voullu.
  3. 145 rond. Aultre.
  4. 145 rond. ne voullut.
  5. 145 rond. Mais a toute heure.
  6. 145 rond. Je.
  7. 145 rond. Si.
  8. 145 rond. en.
  9. 145 rond. Vous nauez cause de vouloir.